foto-website-def

« Werk voor Talent »

An Coppens, Responsable Communication & Eline Aertbeliën, Responsable Formation

L’asbl Aralea est née de la fusion d’un atelier protégé et d’un centre d’assistance par le travail. L’organisation offre à des personnes atteintes d’un handicap au travail la possibilité d’effectuer des travaux d’extérieur, comme l’aménagement d’une piste cyclable ou l’entretien de jardins. La flexibilité et l’innovation sont les principaux piliers d’Aralea, aussi bien vis-à-vis du client que du collaborateur. L’asbl propose un parcours d’apprentissage qui permet de continuer ensuite à travailler dans une organisation ou une entreprise ordinaire.

Le projet de l’asbl Aralea s’appelle « Werk voor Talent » et a pour but de créer un emploi tout au long de la vie pour ses collaborateurs. Le travail constitue en effet un facteur essentiel pour participer à la vie sociale. Aralea a développé de nombreux projets de flexibilité. En voici quelques exemples.

 

CRÉER DE NOUVELLES FONCTIONS

Tout d’abord, l’organisation lie les nécessités et les besoins qui surgissent aux compétences et aux talents présents. C’est ainsi qu’apparaissent des fonctions qui sont nouvelles pour l’organisation. Cela aide l’organisation et ses collaborateurs à fournir un travail de qualité et à professionnaliser les processus.

Un exemple : en 2013, il est apparu clairement qu’Aralea éprouvait des besoins en termes de coordination de la gestion et de l’entretien du matériel. Suite à cela, un collaborateur de l’atelier protégé a reçu, en 2016, après un trajet d’apprentissage adapté, le nouveau rôle de coordinateur technique, auquel il a pu donner forme.

D’une pierre deux coups : il s’agissait d’une part d’une rotation d’emploi pour le collaborateur qui conservait ainsi son enthousiasme ; d’autre part, des économies considérables ont été réalisées dans l’entretien des machines, ce qui laissait plus de marge et de budget pour continuer à professionnaliser l’organisation avec une influence positive sur la rétention.

 

POUR TOUS LES GOÛTS

Il arrive qu’après un certain temps, des ouvriers ne puissent plus travailler à l’extérieur en raison de leur âge ou de problèmes médicaux. Par ailleurs, d’autres travailleurs souhaitent relever un nouveau défi. Une première solution consiste ici à procéder à une mutation interne d’une division à l’autre.

CRÉER DES LIENS DE COLLABORATION

Grâce à plusieurs liens de collaboration, les collaborateurs peuvent malgré tout continuer à travailler au sein de l’organisation. En collaboration avec MetSense et Johan Segers du restaurant ’t Fornuis, un projet horeca a été lancé à la ferme pédagogique Mikerf d’Aralea. C’est ainsi que cinq ouvriers ont pu assurer le traitement du produit en fournissant un travail responsable et de qualité.

Un autre exemple est le lien de collaboration avec le Kringwinkel Antwerpen.  Toutes ces collaborations ont engendré de nombreux défis, concernant notamment la recherche d’accords communs et la conjonction des cultures d’entreprise. Pensons par exemple à l’harmonisation des conventions et des différents règlements de travail. Pour y parvenir, on a commencé par une équipe de base, avant de passer à un développement plus large via des groupes de travail où se sont retrouvés des collègues venant des deux organisations.

 

PROFESSIONNALISER LA COMMUNICATION INTERNE ET EXTERNE

Enfin, Aralea a ressenti le besoin de professionnaliser sa communication. « Werk voor Talent » a apporté la réponse : en trois ans, une collaboratrice (précédemment journaliste) a été formée pour assurer la responsabilité de la communication.  L’on a également investi dans des moyens de communication : un journal du personnel, des pages sur Facebook, LinkedIn et YouTube, un nouveau site Internet, etc.

 

RÉSULTAT : PROFESSIONNALISATION, RÉTENTION ET ENTHOUSIASME

Aussi bien la prestation de services que les processus sont professionnalisés, ce qui entraîne notamment une réduction des coûts d’entretien des machines.

Grâce au projet, l’asbl Aralea a conservé plusieurs collaborateurs qui sans cela auraient sans doute quitté l’organisation : trois collaborateurs de plus de 50 ans travaillent désormais au Kringwinkel de Brasschaat et trois autres, souffrant de problèmes médicaux, effectuent un travail plus léger au sein de l’atelier protégé.

En outre, les collaborateurs sont plus enthousiastes parce qu’ils peuvent progresser en relevant un nouveau défi.