foto-website-def

Power to the teams

Annika Beeck

AE aide Business et IT à repenser leur « business value » pour l’ère numérique. Les meilleures pratiques sont développées au niveau du business et de l’architecture de software en vue d’aider les clients dans leurs projets ambitieux. Depuis le lancement de cette entreprise 100 % belge en 1999, plus de 200 collaborateurs innovants sont actifs au sein d’AE. En interne, le recours à des « Employee Journeys » et à un modèle de co–création entend permettre une amélioration continue. AE est fière d’avoir été choisie par ses travailleurs comme Great Place to Work : une telle distinction encourage à se montrer attentif à chacun et à laisser une empreinte numérique pour la société.

 

UNE VISION ET UNE STRUCTURE ORGANISATIONNELLE MODERNE

La structure organisationnelle classique ne fonctionne plus pour AE, ni pour relever les défis de l’économie de la connaissance – un travail complexe  qui requiert notamment bien plus de concertation -, ni pour entretenir l’enthousiasme des travailleurs, en raison de l’absence d’autonomie et de motivation.

Un nouveau modèle d’organisation s’impose. AE voit ses collaborateurs comme ses protagonistes les plus importants et entend les considérer comme des partenaires dans la création de valeur. Autrement dit, il est nécessaire de créer une forme de collaboration dans laquelle les collaborateurs contribuent à déterminer comment les choses sont mises sur le marché.

 

UNE ORGANISATION EN RÉSEAU AVEC DES ÉQUIPES PÉRIPHÉRIQUES, FONDÉE SUR L’APPRENTISSAGE

AE se distancie de la structure classique verticale, hiérarchique, et entend être une organisation en réseau d’équipes périphériques, pour tous les collaborateurs. AE a toujours misé énormément sur la connaissance et l’innovation. Une structure d’équipes périphériques permet de donner à la connaissance, à l’apprentissage et à la créativité un rôle toujours plus important. Le défi consiste à placer au centre la création de valeur, à adopter une pensée outside-in et à créer un cadre dans lequel les équipes peuvent elles-mêmes suggérer des solutions pour répondre aux besoins de l’entreprise. Cela suppose l’arrivée de compétences nouvelles et un état d’esprit ouvert au changement.

PAS UNE LIBERTÉ TOTALE

La collaboration entre équipes et au sein des équipes respecte un certain nombre de « règles du jeu » de principes, de valeurs, de procédures de prise de décisions et de lignes directrices. Les fonctions sont remplacées par des rôles (en équipe). Ce sont les équipes elles-mêmes qui déterminent comment ces rôles sont assumés et qui assume quel rôle. Chaque équipe autonome essaie, autour d’une « capability » ou « solution » déterminée, de réaliser au mieux les objectifs. Du point de vue de l’organisation, il y a toujours un certain nombre de points de contact (Community Manager, coordinateur des connaissances…) pour organiser le fonctionnement au niveau global.

Une plate-forme est proposée aux équipes pour pouvoir bien fonctionner, veiller à la cohérence, et inciter à s’attaquer aux problèmes.  Le succès de ce fonctionnement réside dans le fait qu’il fait apparaître un réseau d’équipes autonomes, ce qui permet d’échanger des expériences, d’apprendre des succès et aussi des erreurs des autres, un élément essentiel d’une organisation fondée sur l’apprentissage.

 

UNE HISTOIRE D’INTRAPRENEURIAT

Une organisation nouvelle demande que l’on réfléchisse davantage en termes d’outside-in, d’innovation et de créativité. L’intrapreneuriat est fortement encouragé au sein d’AE. C’est ainsi que, chaque année, on organise un hackathon (de 36 heures) dans lequel les idées sont converties en un nouveau produit ou un nouveau projet.

Le rôle du manager se trouve ainsi ramené à celui de facilitateur au sein de l’équipe. La place du management ou de la direction se situe principalement au niveau du soutien et de l’accompagnement des adaptations. Les RH sont alors un acteur transformationnel qui associe la motivation individuelle au contenu nouveau du travail.

 

EMPLOYEE EXPERIENCE – A LOVABLE EXPERIENCE

Avec l’introduction des équipes périphériques, AE peut plus aisément répondre aux exigences sans cesse changeantes du marché. La nouvelle structure organisationnelle rend également l’entreprise plus forte dans sa quête de futurs collaborateurs et constitue une amélioration sur le plan des procédures de décision. L’impact du projet sur les collaborateurs est tel qu’ils ont l’impression qu’ils en font partie. Ils prennent aussi plus souvent l’initiative d’eux-mêmes. Pour la plupart des collaborateurs, travailler chez AE fait partie intégrante de leur personnalité.